top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurSepanlog

Le Crapaud calamite

C'est le printemps, et avec lui, l'arrivée des chants et parades amoureuses chez les animaux.

Les amphibiens n'échappent pas à la règle depuis quelques semaines mais leur discrétion et leurs mœurs nocturnes rendent compliquée leur observation.

Nous vous proposons donc de découvrir une espèce méconnue mais pourtant bien présente en Lot-et-Garonne : le Crapaud calamite.

Crapaud calamite / Deborah Heleschewitz


Le Calamite (Epidalea calamita) ou Crapaud des joncs est un amphibien qui se distingue facilement du Crapaud commun grâce à la ligne claire sur le dessus de son dos et à son iris jaune citron. Comme celui-ci, il est pourvu de grosses glandes produisant un venin en arrière des yeux, les glandes parotoïdes. Particularité de sa peau : elle lui permet d'absorber l'eau dont il a besoin car il ne boit pas par la bouche.

Le dessus du corps est brun-gris pâle marbré de vert kaki, les pattes postérieures sont assez courtes. Autre particularité : il ne saute pas, mais court !

Crapaud calamite / Vincent Le Parc


Son milieu originel est une « zone alluviale dynamique », cette dernière ayant presque disparu avec l’endiguement des cours d’eau, ce crapaud se concentre souvent dans des milieux anthropisés se rapprochant du milieu originel comme les gravières.

Il a besoin de milieux pionniers et ouverts (avec peu de végétation haute), des mares temporaires avec une faible épaisseur d’eau, ce qui permet à ces zones en eau d’être dépourvues de prédateurs (comme les poissons) et de se réchauffer rapidement. Il ne rejoint les points d’eau qu'à la période de reproduction, le reste du temps il se cache sous des pierres ou des troncs d’arbre, il peut s’enfouir si le terrain est meuble ou se cacher dans des terriers abandonnés.

Accouplement de Crapauds calamites / Elsa Magoga


Le Crapaud calamite pond de 1000 à 3000 œufs par femelle sous la forme de long cordons gélatineux ponctués de deux rangées de petits points noirs (chaque point noir est un œuf).

Les têtards sortent rapidement après la ponte (l'incubation dure de 2 à 8 jours selon la température de l'eau), c’est une adaptation à l’occupation des mares temporaires.

Les têtards sont noirs et font seulement quelques millimètres.

Pontes de Crapauds calamites / Marie Dégeilh


Son chant est puissant, le son est roulant, avec une sonorité légèrement métallique.

A écouter ci-dessous :

Plusieurs individus chantent souvent en chœur, rendant le son comme un ronronnement presque continu. (Attention, il peut facilement être confondu notamment avec certains insectes telle que la Courtilière).


Période d’observation optimale : visible principalement de nuit lors de sa période de reproduction, de mi-mars jusqu’au mois de mai.

Ci-dessous, quelques photos pour mieux le reconnaître et déceler sa présence.

Photos de la galerie/ Marie Dégeilh - Vincent Le Parc


Alimentation : Il consomme principalement des insectes et des vers de terre mais peut aussi manger des limaces ou des araignées. Les têtards sont plutôt détritivores et herbivores.


Statut de protection et Liste Rouge : Le Crapaud calamite est une espèce entièrement protégée en France, il est classé « quasi-menacé » sur la Liste Rouge des amphibiens d’Aquitaine, principalement menacé par la disparition des zones humides mais aussi par la mortalité routière.


Mythes et croyances : La crapaudine

Il s'agit d'une pierre précieuse provenant d'une dent fossilisée de poisson que l'on croyait au Moyen-Age provenir de la tête des crapauds (d'où son nom). Ces derniers étaient censés la cracher quand on agitait devant eux un bout de tissu rouge. Cette pierre avait pour pouvoir de changer de couleur au contact d'un poison.


A bientôt dans la nature !







47 vues

Comments


bottom of page